Historique

La ligne de Belfort à Delle qui rouvre au trafic voyageur le 9 décembre 2018 est historiquement constituée de deux tronçons. À l'origine, la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, qui couvre le quart sud-est de la France avec la limite Nord-Est de son réseau à Belfort, obtient la concession d’une ligne ferroviaire reliant Montbéliard à Morvillars et Delle, avec convention signée le 11 avril 1857 avec le ministre des Travaux publics.

Le premier tronçon, entre Morvillars et Delle, a été achevé en 1866. Il a été ouvert à l'exploitation le 29 juin 1866.

Après la défaite française de 1870 et l'annexion par la Prusse de l’Alsace et de la Moselle, l’importante compagnie des chemins de fer de l’Est n’a plus de débouché direct vers la Suisse, la ligne de Petit-Croix à Mulhouse et Bâle étant désormais en territoire allemand. La France décide alors la création d’un tronçon de ligne de Belfort à Morvillars permettant aux chemins de fer de l’Est, et à travers eux aux flux venant de Calais (et originaires de Grande Bretagne) ou de Belgique, de rejoindre la Suisse (puis, après la création du tunnel du Gothard en 1881, l’Italie du Nord), sans transiter par l'Allemagne.

Cette ligne Belfort – Morvillars est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le 17 juin 1873 avec le ministre des Travaux Publics. La ligne ouvre en 1878. Exploitée par la compagnie des chemins de fer de l'Est jusqu’à Delle, gare frontière (tout en utilisant sur quelques kilomètres la ligne du PLM inaugurée en 1866), elle devient rapidement un axe majeur pour le transport de voyageurs et de marchandises entre la France, la Suisse et l'Italie. La ligne est rapidement mise à double entre Morvillars et Delle. En Suisse, la voie ferrée de Délemont à Delle est, pour sa part, mise en service progressivement entre 1872 à 1877, puis électrifiée en 1933. Cependant, la ligne perd une grande partie de son trafic après la Première Guerre mondiale, quand l'Alsace redevient française.

La ligne de Belfort à Delle perd son trafic voyageur en 1992 (constituée par un seul aller et retour de train reliant Paris à Berne, direct pendant plusieurs décennies puis devenu depuis quelques années une simple voiture directe Belfort – Berne, puis Belfort-Bienne, recevant à Belfort une correspondance de Paris).

Le trafic fret, en déclin, est lui limité à la section de Belfort à Morvillars dès 1993. La section de Belfort à Bourogne sera utilisée jusqu'en 2007 pour le transport de déchets jusqu'à l'usine d'incinération des ordures ménagères de Bourogne. Au delà de 2007, la ligne devient inutilisée. A la frontière suisse, la gare de Delle est fermée en 1995, le terminus des trains suisses étant désormais effectué à Boncourt (en territoire suisse). Dans le cadre de la mise en service du TGV Rhin-Rhône, dont la ligne passe à la hauteur de Meroux-Moval au droit de la ligne Belfort – Delle, la décision est prise de préserver cette infrastructure dans la perspective de sa réouverture.

La Suisse ayant entamé une réflexion sur sa politique d’'interconnexion au réseau européen à grande vitesse, la ligne de Belfort à Delle et Délémont - Bienne rentre dans ce cadre en permettant en effet une correspondance avec la LGV Rhin-Rhône en gare de Belfort - Montbéliard TGV. Quant au tronçon de Belfort à Belfort TGV, il permet une liaison de la gare Centre à la gare TGV, comme il en existe dans de nombreuses agglomérations (Avignon, Valence, Besançon,…). La section entre Boncourt et Delle (1,6 km), située majoritairement en territoire suisse, est rouverte dès le 10 décembre 2006.

La section Belfort – Delle qui comporte six arrêts intermédiaires, rouvre le 9 décembre 2018, avec une infrastructure totalement rénovée et désormais électrifiée.